Technologies et empreinte écologique, à quoi ça rime?

Empreinte écologique

La conscience environnementale est une notion qui résonne dans la tête de plusieurs d’entre nous, régulièrement. On remarque une tendance chez les Québécois à faire plus attention à leur consommation. Nous voulons dire par là que certaines villes commencent à poser des gestes pour l’environnement. Par exemple, elles bannissent le plastique à usage unique, elles investissent dans le transport en commun, etc. La population a une volonté de réduire son empreinte écologique. Avant de nous lancer dans des explications, définissons ce qu’est l’empreinte écologique. Selon Alloprof, c’est « une estimation de la surface (terrasse ou aquatique) nécessaire pour permettre à un individu de soutenir son mode de vie, soit d’avoir toutes les ressources pour répondre à l’ensemble de ses besoins et assurer l’élimination de ses déchets. »

Aussi, pour diminuer son empreinte, on passe du papier vers le numérique. Pour ce faire, nous utilisons nos ordinateurs et nos téléphones cellulaires pour effectuer à peu près tout. En effet, nous réduisons considérablement la quantité de papier utilisée chaque jour. Mais si nous vous disions que ces technologies ont aussi des impacts très nocifs pour l’environnement. Leur utilisation consomme beaucoup d’électricité puisque tout est stocké dans des centres de données. Nous reviendrons sur ce concept dans quelques instants. De plus, la fabrication des appareils comme les ordinateurs et les téléphones cellulaires épuise les énergies non renouvelables de façon égale à leur utilisation.

Les centres de données et la consommation d’énergie

Les centres de données sont des endroits où on entrepose des données (photos, vidéos, messages, etc.) en toute sécurité. Des bâtiments entiers ont cette vocation, partout dans le monde. Les grosses entreprises comme Facebook par exemple, possèdent des centres de données. Chaque courriel que vous envoyez ou photo que vous recevez est stockée dans un de ceux-ci. Il est important de savoir que ces centres fonctionnent à l’électricité. De plus en plus, ils essaient d’utiliser des énergies renouvelables, comme l’eau, mais ce n’est pas le cas partout. Au Québec, nous utilisons l’hydroélectricité, mais dans d’autres endroits, ce sont le gaz naturel et le charbon que nous utilisons, qui eux ne sont pas renouvelables.

Sur le site du Gouvernement du Québec, on explique que « Selon le groupe Veolia, spécialiste en protection de l’environnement, en moyenne, un important centre de données de 10 000 mètres carrés (m2) consomme autant d’énergie qu’une ville de 50 000 habitants! » (Gouv. Qc., 2015). C’est comme si la consommation d’électricité de la ville de Rimouski se trouvait dans un seul bâtiment. Même si l’énergie utilisée par ces centres est renouvelable, ils consomment toutefois beaucoup d’eau, celle qui sert aussi à refroidir les serveurs.

Avec ces simples chiffres, nous pouvons voir que notre utilisation d’Internet épuise plusieurs ressources de la planète. L’augmentation de la consommation d’électricité serait énormément liée à l’utilisation accrue du cloud, donc du stockage de données aussi. Voici donc quelques petits gestes qui pourraient vous aider à diminuer votre empreinte écologique.

Comment faire pour réduire son empreinte environnementale?

Plusieurs gestes simples peuvent faire en sorte de réduire notre empreinte environnementale. Une des choses que vous devriez faire est de combattre l’obsolescence programmée. C’est-à-dire d’allonger la durée de vie de vos appareils. Par exemple, au lieu de changer votre téléphone dès qu’il a un défaut, faites-le réparer. Vous pourrez vous en servir encore bien longtemps. Si vous êtes vraiment dus pour un neuf, alors choisissez un appareil qui consomme peu d’énergie et qui est le plus durable possible. Il faut aussi savoir qu’une grande partie des appareils dont nous nous débarrassons ne sont pas recyclés.

De plus, le stockage de données dans le cloud est responsable d’une grande partie des émissions de gaz à effet de serre du Web. C’est pourquoi vous devriez favoriser le stockage de vos données directement sur votre ordinateur. Les clés USB et les disques durs externes sont aussi de bonnes alternatives. Cela est valable aussi pour la musique et les films. Si vous les écoutez en streaming, vous consommez beaucoup plus que si vous les téléchargiez avant. Vous n’utilisez donc pas Internet en les visionnant.

Aussi, vous pouvez réduire votre empreinte environnementale par une bonne gestion de vos courriels. Eh oui! En vous désabonnant des infolettres ou des envois automatiques, vous en recevrez moins, donc utiliserez nécessairement moins d’espace de stockage. C’est le même principe lorsque vous en envoyez, limitez votre liste de destinataires au strict minimum. Faites-le lorsque cela est possible bien sûr. Faire le tri régulièrement dans vos courriels est aussi une bonne habitude à prendre. Gardez seulement ceux qui sont essentiels et videz souvent votre corbeille. Finalement, la clé pour réduire son empreinte écologique est de réduire son utilisation d’Internet et réduire son temps passé devant des écrans. Cela fera diminuer considérablement notre consommation globale d’électricité.

Nos services

Ce genre d’article vous intéresse? Consulter la section conseils Web de notre site Internet et vous en trouverez sur une multitude de sujets. Notre équipe vous donne des informations autant sur le commerce en ligne que sur l’intelligence artificielle. Cette section est conçue pour vous aider avec le Web dans votre entreprise.

Bordage, Frédéric. Comment réduire l’empreinte environnementale du Web? Le 4 juin 2015. https://www.greenit.fr/2015/06/04/comment-reduire-l-empreinte-environnementale-du-web/ (page consultée le 28 septembre 2020)
Bordage, Frédéric. Quelle est l’empreinte environnementale du web? Le 12 mai 2015. https://www.greenit.fr/2015/05/12/quelle-est-l-empreinte-environnementale-du-web/ (page consultée le 28 septembre 2020)
Gouvernement du Québec, Sais-tu que les technologies ont un impact sur l’environnement? Janvier 2017. http://www.environnement.gouv.qc.ca/jeunesse/sais_tu_que/2017/1701-technologie-impact-environnement.htm#:~:text=Comme%20tu%20le%20sais%2C%20les,environnement%2C%20notamment%20celui%20des%20technologies. (page consultée le 23 septembre 2020)
Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Ing Durable et en écoconception (LIRIDE). La technologie au secours de l’environnement? Le 11 octobre 2019. https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/liride/2019/10/11/technologie-secours-environnement (page consultée le 28 septembre 2020)
Leroux, Rémi. Internet : comment limiter notre impact environnemental, le 20 août 2019 https://www.protegez-vous.ca/technologie/internet-environnement-impact (page consultée le 28 septembre 2020)
Shields, Alexandre. L’imposant problème environnemental des téléphones intelligents, le 12 septembre 2017. https://www.ledevoir.com/societe/environnement/507756/le-telephone-intelligent-un-appareil-devenu-un-imposant-probleme-environnemental (page consultée le 28 septembre 2020)
Vigneault, Alexandre. Téléphones intelligents : populaires, pratiques… et polluants, le 22 avril 2018. https://www.lapresse.ca/vivre/societe/201804/20/01-5161857-telephones-intelligents-populaires-pratiques-et-polluants.php (page consultée le 28 septembre 2020)